Récital poétique de Samira Alouache - Mercredi 22 mars 2017 à 18h30

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la femme 

Perdue, entre des identités qui, si elles ne sont pas meurtrières, sont tout de même dérangeantes. Perdue, entre la Française "papièrement" française, l’Algérienne symbolique et l’Anglaise d’adoption.  Il n’y a qu’un univers qui semble me rassembler, me “rapailler” comme dirait Gaston Miron : c’est celui de la poésie.

La poésie-cri, la poésie-coup de gueule comme un antidote à la morosité des news, à l’indécolonisation où nous souffrons encore, aux fraudes à l’identité comme celle de ma religion détournée. La poésie calmante et atemporelle, et pourtant toute sémillante des néologismes de notre temps. La poésie réparatrice comme un sommeil léger et bienfaisant. La poésie où je m’installe, pour tout simplement, et très humblement, un peu de paix.