"Tarakef", exposition de photographie de Adel Riame-Vernissage jeudi 1er juin 2017 à 17h00

Ouverte du 1er au 17 juin

Tarakeft (« caravanes » en ancien targui, langue des touaregs, véritables habitants et maîtres du Sahara ) est un regard posé par le photographe Adel Riame sur la situation du nomade-citadin en nous, que ce soit pour aller au travail, ou pour traverser les mers et continents et prendre racine dans ce nouvel « ailleurs ». À travers la série « Technovoyagers », c’est ce double voyage des usagers du transport public qu’il visite avec un oeil qui se met au même niveau des sujets « regardés ». Les images sont prises avec un smartphone, objet/outil/accessoire si incontournable qu’on ne saurait s’imaginer sans, et pourtant…

Avec cet accessoire, le temps du voyage se compresse, s’évacue, se « liquéfie », en même temps que l’expérience de l’immédiat nous prive de plus en plus « d’un transport d’âme », du pas de côté, pourtant si vital et nécessaire pour faire sens. L’autre regard proposé au visiteur sera celui posé sur des visages qui portent en eux cette caravane. Entre deux rives, plusieurs espaces et airs géographiques et/ou culturelles, l’esthétique de la multiplicité conforte la beauté de l’Un. Depuis des instants subtilisés aux mises en scènes millimétrées, le Kairos est convoqué pour livrer et délivrer l’invitation à l’introspection à travers l’Autre. Une place importante sera donnée aux créations de haute couture de la styliste et véritable légende de la couture algérienne, Mme Yasmina Chellali, qui a généreusement prêté son concours à la réussite de cette exposition. Le photographe invite des streets artistes à cette exposition pour créer un dialogue et conjuguer leurs regards au sien de la pluralité esthétique dans un geste qui vise une sensibilité commune dont l’épiderme est la rue. Une œuvre commune, fruit d’une collaboration étroite s’érigera au milieu de l’exposition et prendra la forme d’une tente touareg réalisée avec une toile qui évoque nos si familiers plans de métro. Tarakeft, c’est la caravane que le nomade en nous porte et transporte en se rappelant peut-être cet adage : qu’importe la destination, pourvu que le chemin soit beau.

Né en Algérie,  Adel Riame citoyen du monde qu’il a parcouru depuis son enfance. A travers les visages, d’autres voyages sont devenus possibles. Angola, Bulgarie, Ouzbékistan, Pérou, Brésil, les premières années de sa vie ont dessiné en lui, à coups de langues et de cultures, une approche aussi bien singulière que plurielle de l’humain. Après une formation classique d’économiste et une césure professionnelle, ce sont ses études en philosophie politique (EHESS) qui ont été les plus inspirantes et ce n’est pas un hasard si elles l’ont mené tout naturellement à une approche et une sensibilité artistiques pour la photographie dont il ne savait quel sens donner à ce besoin irrépressible de figer les instants. Basé à Paris, il poursuit conjointement ses activités académiques, professionnelles et artistiques. Il est notamment vice-président de l’association Les berceaux de la Francophonie, qui œuvre pour accueillir et encourager les talents en mobilité au sein d’une francophonie inclusive, respectueuse et stimulante.